Grèce - Le grand classique!

 

Du nord au sud, d’est en ouest, la Grèce inspire le respect. Tant de choses à voir, à sentir, à goûter, à toucher! Elle ne laisse personne de marbre… et elle en produit du magnifique, disons-le!

 

J’ai eu la chance de profiter de ce que ce magnifique pays avait à offrir pendant trois semaines d’octobre. À peine sortie de l’avion, j’avais les fesses dans une petite hybride à serpenter les routes sinueuses de la Grèce vers Delphes, le premier arrêt. Mon compagnon de voyage et moi avions loué une voiture pour les premiers jours, question de visiter le nord du pays ainsi que le Péloponnèse. Notre voyage se divisait en trois temps : le road trip, la visite des îles et enfin, Athènes. Voici quelques-uns de mes coups de cœur du patrimoine grec!

 

Delphes ou le centre du monde!

 

 

Le site archéologique de Delphes est le premier site que j’ai visité en Grèce et c’est définitivement le plus beau!

 

 Au VIe siècle av. J.-C., Delphes était, pour les Grecs, le centre du monde. On y retrouvait le sanctuaire d’Apollon où parlait l’oracle du dieu.  Tous affluaient dans la cité pour recevoir un oracle des prêtresses d’Apollon. L’influence de la ville était grande et reconnue de tous à cette époque.

 

Entouré du mont Parnasse, ce site demeure mystique et il est à couper le souffle!

 

Les Météores

 

 

Aucune photo, aucune vidéo ne rendent justice aux Météores! 

 

Les Météores sont un ensemble de monastères construits au XIVe siècle sur des pitons rocheux quasi inatteignables. Si aujourd’hui, les monastères sont accessibles (il faut tout de même un bon cardio), on ne peut s’empêcher de se demander par quelle intervention divine les moines de l’époque ont réussi à construire de tels lieux de cultes dans cette forêt de pierre! 

 

Au XIVe siècle, les moines recherchaient sans doute le calme et la sérénité en s’installant sur les météores, mais aujourd’hui, ils sont habitués aux hordes de touristes qui envahissent tous les jours leur demeure. Puisqu’il y a sept monastères à visiter, chacun se garde une journée de congé pour retrouver ce que leurs prédécesseurs ont réussi à avoir! 

 

Olympie

 

 

 

Qui dit Olympie dit Jeux olympiques! Un arrêt s’impose, surtout si comme moi vous appréciez ces évènements qui surviennent aux deux ans. Vous pourrez y visiter le premier site des Jeux, ainsi que deux musées traitant des Jeux antiques et modernes. De plus, la petite ville d’Olympie est plus que charmante!

 

Mystras

 

 

Québec a Val-Jalbert, la Grèce a Mystras. Construite autour d’une forteresse datant de 1249, cette ville médiévale fut conquise à maintes reprises par les Byzantins, les Turcs et les Vénitiens. Vers 1830, les gens ont commencé à quitter cette ville surélevée au profit de Sparte tout en bas. Bien que Mystras ne soit plus habitée depuis longtemps, les bâtiments et leurs peintures sont encore bien conservés, au point où on a l’impression que les habitants ne sont pas si loin…

 

Santorin

 

 

φῐλοξενῐ́ᾱ

 

Philoxénia en grec veut dire hospitalité! Les Grecs sont très accueillants, ils ont l’habitude de recevoir depuis des millénaires et ça se ressent dans tout le pays! À Santorin, ce fut le paroxysme de l’hospitalité grecque. J’ai d’ailleurs versé une petite larme en quittant mes hôtes de la Villa Michaelis! Les Grecs sont toujours heureux de vous recevoir, de vous aider et de faire découvrir leur coin de pays! Ils apprécieront un petit merci dans leur langue: ευχαριστώ (efcharistó).  

 

Il ne faut pas négliger les villes de Oia et de Fira! Ai-je sincèrement besoin de vous en faire l’éloge? Ces villes tant de fois mises de l’avant quand on parle de la Grèce ne sont pas surévaluées, croyez-moi!

 

Mykonos, la magnifique

 

 

Sur cette île, nous avons fait une petite virée de trois heures avec un pêcheur afin d’expérimenter le savoir-faire local. Descendant d’un grand peuple de pêcheurs, il nous en a appris beaucoup sur leurs techniques. Un must à mon avis!

 

Il ne faut pas non plus oublier l’île de Délos. Accessible par un ferry, ce site aurait vu naître le grand Apollon.  On vous y dépose en matinée en vous donnant l’heure de retour en après-midi. Il vous reste toute la journée pour déambuler dans cette importante ville commerciale du monde antique! 

 

Athènes

 

 

Avant de partir pour la Grèce, les gens se font aller les conseils et l’un d’entre eux nous fut martelé à coup de masse : Athènes pas plus que 2 ou 3 jours!

 

Mon verdict : prenez le temps qui vous chante, mais soyez préparé!

 

Oubliez cette Athènes antique et riche et vous ne serez pas déçu.

 

Athènes, c’est la dualité au quotidien. Il faut garder en tête que la Grèce a connu une crise économique d’envergure. Si ailleurs en Grèce, on le ressent moins, à Athènes la misère se côtoie à tout moment.

 

Disons que les premières 24h, c’est déstabilisant… et après, la magie d’Athènes opère.

Une fois la misère et la saleté apprivoisées, toute la beauté grandiose de cette ville antique se manifeste. Une fois les odeurs louches écartées, Athènes sent les épices, les charcuteries et les olives!

 

Sans oublier le plus fameux des fameux : le Parthénon. Certes, j’ai préféré le site de Delphes, mais la fan d’histoire et de patrimoine en moi a versé une larme au Parthénon. Sans aucun doute, il s’agit d’un arrêt obligatoire! Je vous conseille de prendre le laissez-passer au coût de 45€ qui vous permet de visiter sept sites dans la capitale sur trois jours. Même si vous ne comptez pas toutes les faire, je vous le suggère fortement. De plus, vous éviterez les files d’attentes à plusieurs endroits.

 

Au sujet des ruines, j’ajoute ceci : ne vous faites pas un devoir de toutes les visiter. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’une fois que tu as visité une, tu les as toutes vues, mais…! En aurais-je fait moins? Non! Aurais-je pu en faire moins? Assurément!

 

 

J’aurais encore tellement à dire! Au final, la Grèce garde une place toute tendre dans mon cœur! Que ce soit pour sa nourriture, sa musique, ses sites et surtout pour ses gens, la Grèce vaut plus qu’un petit détour! OPA!

 

Sabrina Gamache-Mercurio

 

Ethnologue et généalogiste, Sabrina a toujours eu un besoin de comprendre sa culture et celle des autres. Passionnée dans l’âme de patrimoine, de voyages et d’histoire, elle s’investie à fond dans la compréhension des modes de vie des siens et d’autrui, d’hier à aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

Please reload

© INTERVALLES 2015-2019