De Steinbach à Tan-Tan

Aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours été amoureuse du patrimoine. La visite du village mennonite de Steinbach dans les Prairies a été un événement marquant de mon enfance. Là, j’ai fait la rencontre d’une dame qui pratiquait les arts textiles. Ce fut mon baptême du patrimoine. Un peu plus loin, lors de ce périple familial dans l’Ouest canadien, j’ai visité un musée des autochtones Haïda. Ce fut à cet endroit que j’ai trouvé une parcelle de paradis sur terre. Cette initiation m’a donné le goût d’en savoir plus sur mon histoire et mes traditions ainsi que sur celles des autres que je côtoyais ou croisais : d’autres humains aux parcours différents du mien, d’autres humains ayant leurs trésors à partager.

 

La vie m’a donné la chance de faire d’autres voyages et d’autres rencontres qui allaient m’amener à découvrir une autre civilisation, la civilisation arabo-musulmane, et plus exactement un pays, le Maroc. Je suis consciente que cette partie du monde n’est pas très à la mode aujourd’hui. Toutefois, je tiens à témoigner qu’elle recèle de trésors d’humanité, elle aussi. C’est pourquoi je souhaite en partager un avec vous : le Moussem de Tan-Tan dans le Sud marocain. Il s’agit d’un festival nomade, figurant sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, dans la catégorie du patrimoine immatériel.

 

Au final, je souhaite déclencher chez vous le même émerveillement que j’ai vécu et que je revis depuis mes sept ans, lorsque je me trouve chaque fois devant un trésor de l’humanité.

 

 

 

 

Roseline Bouchard
Ethnohistorienne et amoureuse du patrimoine

 

Please reload

© INTERVALLES 2015-2019