Tranche de vie...patrimoniale!

01/01/2016

 

Avec 2016 qui commence, il est grand temps de faire un bilan de la dernière année:

 

  • J'ai fini mon baccalauréat intégré en sciences historiques et études patrimoniales (enfin)!

  • Mon copain et moi ont a (enfin) déménagé ensemble! Yeah!

  • J'ai travaillé comme soutien aux activités à la Maison Vézina (tellement enrichissant)!

  • J'ai commencé le DESS en Muséologie (un diplôme d'études supérieures spécialisées...oui je sais, c'est long comme titre)!

  • J'ai co-créé INTERVALLES - Espace Patrimoine avec deux merveilleuses personnes!

 

Rapidement, mon bilan ressemble à ça. Et là vous vous demandez, mais pourquoi elle me parle de tout ça? Vous êtes censés lire quelque chose sur le patrimoine, non?

 

Et bien oui! Cet automne, j'ai eu l'incroyable chance de faire un projet de conservation unique et enrichissant. Pour mon cours de Conservation des patrimoines, nous (les étudiants) avons eu l'opportunité de travailler de concert avec le Diocèse de Québec, pour assister quatre communautés religieuses dans la sauvegarde et la mise en valeur de leur patrimoine matériel. Ce fut une expérience incroyable et tout à fait inoubliable! 

 

Pendant près de 4 mois, ma super coéquipière Chloé et moi avons travaillé dans les deux réserves des Soeurs Servantes du Saint-Coeur de Marie, situées à Beauport. Mais qui sont ces religieuses? La congrégation a été fondée en 1860 en France par Père François Jean-Baptiste Delaplace et Soeur Jeanne-Marie Moisan. Quelques membres de la concrégation sont arrivés à Saint-Éphrem en Beauce en 1892, puis elles se sont déplacées dans la province. Elles ont pris en charge plusieurs écoles, dont le Couvent de Limoilou, des orphelinats, des foyers pour personnes âgées et des hôpitaux. Leur mission a toujours été de combattre les diverses formes de pauvreté: physique, intellectuelle, spirituelle, psychologique et sociale.

 

Nous avons été chaleureusement accueillies par les religieuses, spécifiquement notre répondante Soeur Monique Roy qui fut d'une grande aide et d'une grande générosité! Dès la première journée, j'avais envie de chanter comme Ariel de La Petite Sirène dans sa caverne d'objets. Je me sentais privilégiée de découvrir et de travailler de près avec le passé de cette communauté religieuse. Nous avons dû commencer par choisir les thématiques de nos inventaires. Chloé a choisi le costume des religieuses, alors que je me suis concentrée sur l'éducation et l'enseignement. Ensuite, nous avons dû faire une sélection d'objets, ce qui ne fût pas de tout repos je peux vous l'assurer!

 

Après plusieurs semaines, j'ai réussi à faire la sélection d'environ 60 objets et je les ai divisé en 9 catégories: mobiliers scolaires, discipline scolaire, musique, français et écriture, mathématiques, sciences et technologies, économie domestique, géographie et jeux de cartes pédagogiques. Ces différents objets, dimensions et matériaux, m'ont permis de créer un corpus rempli de souvenirs, d'émotions et d'identité. Nous avons fait des fiches descriptives pour chaque objet, en plus de les analyser. Par contre, il a été difficile de cerner l'unicité de l'éducation et de l'enseignement des Soeurs Servantes du Saint-Coeur de Marie, parce que plusieurs communautés religieuses au Québec ont cette même mission. Pourtant, j'ai réalisé que cette congrégation a préféré les milieux modestes et ruraux.

 

Lors de ce projet unique, valorisant et professionnalisant, j'ai découvert une communauté religieuse chaleureuse et ouverte sur le monde ainsi que des gens passionnés par la sauvegarde du patrimoine religieux. Ces soeurs étaient des enseignantes extraordinaires prêtes à se donner corps et âme pour les communautés rurales de la basse-ville de Québec. Encore aujourd'hui, elles sont des modèles à suivre et à écouter, des perles rares dont nous nous devons de préserver la mémoire. Le patrimoine immatériel relié aux congrégations religieuses est important et doit être conservé! Sinon nous perdrons, en tant que société, une partie de notre identité!

 

Cette expérience m'a fait réaliser à quel point j'étais passionnée par le patrimoine religieux, mais aussi que je n'étais pas la seule! C'était peut-être un travail scolaire pour plusieurs, mais pour moi ça été un moment définitif dans mon parcours professionnel et personnel. En espérant que 2016 soit tout aussi inspirant!

 

Si vous êtes intéressés à en apprendre davantage sur ce projet palpitant ou à lire mon travail (sait-on jamais!), écrivez-moi ci-dessous ou en privé à notre adresse courriel:

intervalles.espacepatrimoine@gmail.com.

 

J'oubliais presque...BONNE ANNÉE À TOUS! 

 

 

Please reload

© INTERVALLES 2015-2019